Arrêtons de ne jurer que par le DROP de nos chaussures !

janvier 24, 2021

Est-ce que tout se joue dans le drop de vos chaussures ? Je vois beaucoup trop de coureurs mettre le drop en tête de liste de leurs critères de sélection de chaussures !

Pourquoi cette caractéristique technique a-t-elle tant d’importance ? Quel est l’impact d’une modification de drop ? Un drop faible doit-il être un objectif dans la recherche de performance ? En tout cas, c’est un sujet qui fait débat et qui permet de vendre pas mal de godasses !
Essayons de comprendre exactement ce qu’est le drop, à quoi il sert, comment trouver celui qui nous correspond !

 

A quoi correspond le drop de vos chaussures ?

Par définition, le drop se définit par la mesure de la différence entre l’épaisseur de la semelle au talon et celle à l’avant-pied (point d’appui du début des orteils). Il se mesure en général en millimètre. Plus la différence entre les deux mesures se rapproche de 0, plus votre pied se rapproche de la position pied nu, à plat au sol.

Drop et indice minimaliste

Le drop est une caractéristique technique importante de la chaussure, mais il n’est pas le seul. Comme je l’évoquais en introduction, j’ai l’impression que la population de coureur juge le drop comme LE critère de choix dans la sélection de leurs souliers. Il existe une multitude d’autres caractéristiques techniques ayant une valeur au moins aussi importante. Ces critères sont ceux qui définissent l’indice minimaliste (vous pouvez consulter l’article dédié ici) :

  • Le poids
  • L’épaisseur de la semelle au talon
  • Le drop
  • La flexibilité longitudinale
  • La flexibilité tensionnelle
  • Les technologies stabilisatrices
  • Éventuellement, le fit anatomique

Il va donc être judicieux de prendre en compte l’ensemble de ces caractéristiques pour trouver chaussure à votre pied. En effet, à drop égal, vous pouvez avoir deux chaussures très différentes. Pas besoin de vous faire un dessin, vous avez juste à comparer la Merrell vapor glove IV et l’altra olympus 4 pour comprendre que le drop ne fait pas tout. Ces deux chaussures ont un drop de 0 mm.

drop 0 mm

Le faible drop, voir le drop 0 mm est souvent associé aux chaussures minimalistes. En effet, ce type de chaussure a pour objectif de vous rapprocher de la position pied nu. Si vous quittez vos baskets, et que vous vous tenez debout sur un sol plat, votre talon et la base de vos orteils sont au même niveau. Le drop est donc de 0 mm.

Vous avez pu constater cependant que drop 0 n’est pas forcément synonyme de chaussures minimalistes. La chaussure minimaliste est définie comme une chaussure interférant minimalement avec les mouvements naturels du pied. Le drop est certainement un critère important, mais tous les autres critères de l’indice minimaliste le sont également.

 

Chaussures à faible drop ou drop nul (0 – 6 mm) : pour qui, pour quoi, comment ?

La principale répercussion d’un drop faible, voire nul, va être la plus grande mise en tension de la chaîne postérieure notamment au niveau du mollet, du tendon d’Achille et du fascia plantaire.

Quels sont les avantages d’un drop faible ?

  • Se rapprocher de la position pied nu et d’une biomécanique naturelle. En mettant votre pied à plat, vous êtes en accord avec votre biomécanique, votre anatomie qui n’est initialement conçue pour courir avec des talons.
  • Si vous y êtes bien adapté vous allez favoriser le renforcement de la chaîne postérieure, au combien importante en course à pied.
  • Si vous êtes adapté et que vous portez des chaussures minimalistes, vous allez également favoriser le renforcement de la musculature intrinsèque du pied.

Si vous n’êtes pas actuellement blessé, vous n’avez pas de réel intérêt à diminuer votre drop de façon importante. Si vous voulez effectuer une transition vers une chaussure plus minimaliste et donc un drop plus faible, faites-vous encadrer par un professionnel qui saura vous donner les bons conseils en termes de choix de chaussure. Soyez patient et progressif pour éviter toutes pathologies de surmenage mécanique.

Si vous êtes blessé, c’est souvent le bon moment pour effectuer un changement. Eh oui, la blessure est bel et bien une opportunité (voyez le verre à moitié plein) ! De par votre blessure, vous serez dans l’obligation de faire un retour progressif et une exposition graduelle aux contraintes. Autant effectuer ce changement de drop et de chaussure à ce moment.

Si vous débutez la course à pied, essayez d’opter tout de suite pour une biomécanique de course naturelle, plus protectrice avec le port de chaussures minimalistes avec un drop faible.

Chaussures à drop élevé (> 6 mm) : origines, quand et pourquoi les utiliser ?

L’évolution de la chaussure ces dernières décennies a eu tendance à augmenter l’épaisseur au niveau du talon : qu’il s’agisse des chaussures de ville ou de course. L’argument avancé par les grandes marques de chaussure était la protection face aux blessures. Cependant, aucune étude ne prouve cela, bien au contraire.

La modification de la chaussure, par l’ajout de drop et de toutes les technologies stabilisatrices a eu pour effet de modifier notre biomécanique de course. L’attaque talon qui aujourd’hui concerne la majorité des coureurs (>80%) serait en grande partie la conséquence du port de chaussures plus maximalistes avec des drops importants.

Le drop étant présent dans la plupart des chaussures du quotidien fait que nos corps ont malheureusement pris l’habitude de cette légère talonnette. C’est pourquoi le passage sur un drop faible peut aujourd’hui être considéré comme « dangereux ».

Je vais maintenant vous donner quelques situations où un drop élevé se révèle pertinent :

  • Vous êtes blessé au mollet (lésion musculaire)
  • Vous êtes blessé au tendon Achille (tendinopathie)
  • Vous êtes blessé sous la voûte plantaire (aponévrosite / fasciite plantaire)
  • Vous avez des tensions dans la chaîne sciatique

Dans chacun de ces cas, ajouter du drop va permettre de réduire la tension sur la chaîne postérieure et donc de réduire les contraintes sur le tissu lésé. Cette augmentation du drop doit être transitoire. Lorsque les symptômes le permettront, vous pourrez réduire le drop progressivement pour majorer la contrainte et poursuivre le travail de renforcement.

 

Arrêtons de ne jurer que par le DROP

Pourquoi vouloir à tout prix réduire son drop ? L’argument à mon sens le plus pertinent est celui qui vise à se rapprocher d’une biomécanique naturelle. On sait cette plus protectrice (attaque médio pied / cadence élevée / peu de bruit) et notre corps est conçu pour fonctionner ainsi.

On dit que la force de la preuve s’astreint à celui qui veut prouver que ses arguments sont valables. Les évidences autour de l’ajout de drop dans un but de prévention des blessures sont aujourd’hui bien trop faibles alors qu’il n’est plus nécessaire de prouver que la nature est bien faite.

Vous l’aurez compris, le drop ne fait pas tout ! Drop faible ou nul n’est pas synonyme de chaussures minimalistes . C’est davantage l’indice minimaliste (>70%) de la chaussure qui va permettre d’induire ces modifications vers une foulée naturelle plus que le drop à lui seul.

 

Nicolas.

Ressources complémentaires :

1 Commentaire

  1. Nathalie

    Merci pour cet article très complet et très clair ! C’est tellement difficile de trouver la bonne chaussure en fonction de son utilité souhaitée !

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenu

Bienvenu

Téléchargez GRATUITEMENT mon E-book de 35 pages contenant mes " 10 secrets pour progresser et performer en course à pied " !

 

A tout de suite dans votre boite mail! 

Merci pour votre inscription